ths1104

Bringing physics into massive colaborative science

Posted in Open Science, Sustainable development by ths1104 on 13/08/2010

Several months ago I tried to develop on this blog the idea of “Open Science”. In particular I underlined the fact that, to build an effective collaboration over the internet, we need new tools and guidelines [1]. The Open Science Summit 2010 seems to have speed up the whole process.

On the one hand, some days after the conference, a brainstorming about the definition of “Open Scientist” was lunched by Jessy Cowan-Sharp. The draft of the discussion is available for consultation and editable by everyone via EtherPad here [2].

On the other hand, Casey Stark @caseywstark and DJ Strouse @djstrouse lunched for the occasion, CoLab, a platform designed for open and massively collaborative science,

We want to make it stupid easy to center a discussion around protocols, data, plots, published papers, papers in progress, simulations, code, or any other component of scientific research, […] to import a published paper and collaboratively highlight and annotate (it) in-line, […] to host a working version of my paper online, collaboratively edit it […]. In short, as a scientist, I should be able to easily and openly discuss any piece of my science with my entire scientific community.

The three first issues discussed on Colab deal with social science (local optimal scientific research environment, social network for science) and mathematics (P != NP). Now I had like to see physics, chemistry and open hardware projects enter the arena. And especially projects linked with global issues like drinking water, malnutrition, diseases, safe housing, rural electrification, reduction of CO2 emissions and clean energy.

But how should we tackle this kind of problems ?

Consider an open problem and various way to address it : technology A, technology B, law C, etc. Now, should we focuse on technology A as it seems the most promising or to the contrary consider at the same time all the propositions ? If the last approach is workable for “non-material” Polymath Projects for example, is it realistic to lunch at the same time 20 different experiments to develop 20 competing technologies ? Who is going to finance it ? Theses questions should be considered carefully before proposing an issue to avoid having the project at a dead end after some discussions.

In practical terms, I would recommend to propose (at least at the begining) issues whose solutions can be formulated in theoretical terms or require only small investment. Ideally everyone, not only laboratories, should be able to set up the required device/experiment and work on it. Any ideas ?

Notes

  1. Open recherche (french)
  2. Moi quand j’serai grand, j’serai open scientist ! (french)

The big pop button

Posted in Internet by ths1104 on 09/08/2010

<rss version= “2.0 ” >

Crée par S. Horlander pour Firefox [1], le bouton RSS/Atom orange a fait son petit bonhomme de chemin. Il est actuellement présent sur la quasi totalité des sites d’actualités et des blogs – 3 fois ici !

RSS icône

Pour ceux qui ne savent pas encore à quoi sert ce bouton, c’est le moment de se lancer ; cliquez ici  et laissez-vous guider… Vous êtes maintenant inscrit à un flux standardisé d’informations agrégé et mis en page par votre “RSS Reader”. Particulièrement pratique pour suivre les mises à jours de vos blogs favoris sans avoir à les visiter un par un !

N’ayant pas trouvé de réponse à la question “Why the RSS icon is orange ?”, je vais me contenter de recopier ici quelques internauteries :

– Because it is a big “pop” color to attract your eye.
– Because nothing rhymes with it.
– Because patriotic people of Dutch background will choose the orange product over the competition.
– Because orange is the new black.
– Because of the Ukraine’s “Orange Revolution”.

Avec une telle popularité, le #FF7400 RSS Orange est déjà surprésent sur le web. Bref, il va falloir vous trouver un autre couleur pour vous démarquer.

A noter que bien que son fonctionnement soit souvent résumé en terme de “Broadcasting”, le RSS est en fait une requête et non pas un broadcast. Je trouve çà d’ailleurs franchement bizarre d’avoir ses flux RSS/Atom en pull plutôt qu’en push. En pull, chaque serveur reçoit x requêtes par heure et par souscriveur même lorsque le flux n’a pas été updaté. En push, il suffirait au contraire d’un seul envoi par souscriveur à chaque update du feed. Çà parait quand même plus logique. A moins que l’on ne considère le poids des souscriveurs inactifs…

</rss>

Notes

  1. Brève histoire critique de la feed icon

Moi quand j’serai grand, j’serai open scientist !

Posted in Open Science by ths1104 on 08/08/2010

Moi… quand j’serai grand, j’serai “open scientist”. Je travaillerai très dur pour obtenir plein plein plein de jolies datas et écrire de bons papers. Et après je mettrai en libre accès tout mon travail pour que d’autres puissent l’améliorer et s’en servir pour construire un monde meilleur.

L’Open Knowledge Foundation travaille actuellement sur la définition d’ “Open Scientist” [1].  Le but n’est pas de développer quelque chose de super formel et contraignant mais plutôt quelque chose de souple qui reflète les intentions de ceux qui voudraient voir la Science se développer plus ouvertement, à la façon de l’open source en informatique. Un guide de conduite pour apprenti open chercheur en somme…

Parmis les idées récurrentes, on retrouve bien sûr :

  • Publier dans les open access journal.
  • Partager ses datas sous des licenses appropriés.
  • Rendre ses process (code, spécifications du hardware, etc) disponibles via open access repositories.
  • Tenir un open lab book.

Un peu plus surprenant peut être, on voit les idées suivantes émerger :

  • S’assurer que ses résultats sont disponible à ceux qu’ils affectent le plus.
  • Publier les résultats négatifs ou peu concluants.
  • Utiliser des programmes open source lorsque c’est possible.
  • Citer de façon explicite tout document lié, incluant les documents non-traditionnel tels que les posts de blog.

Globalement l’idée me paraît bonne mais la mise en pratique plus difficile. Comment faire pour traduire des résultats concernant le Japon sans maîtriser le japonais ? Sous quel format publier des résultats peu concluant et prêtant à interprétations ? Pourquoi devrais-je abandonner mon Matlab pour quelque chose de moins performant alors que mon but est d’être le plus efficace possible ? Comment gérer les documents non-traditionnels qui sont la plupart du temps non archivés ?

Notes

  1. Le draft est consultable et éditable par tous via EtherPad ici.
%d bloggers like this: