ths1104

Open réflexions sur fond de Polymaths

Posted in Mathematics, Open Science by ths1104 on 13/02/2010

En janvier 2009, Timothy Gowers fait appel à la collaboration massive des internautes pour tenter de trouver une nouvelle preuve à l´un des cas particulier du théorème de densité de Hales-Jewett [1,2]. Les résultats de cette expérience mathématique, baptisée Polymath Project, sont plutôt surprenants puisque Gower a déclaré 6 semaines seulement après le lançement du projet que le problème avait été substantiellement résolu ! [3]

Un tel succès est naturellement encourageant. Aujourd´hui, 4 autres problèmes sont ouverts, dont la conjecture polynomiale de Hirsch ou encore le problème de divergeance de Erdős.

Ce qui m´intéresse ici, ce sont les réactions que la proposition initiale a suscitées. En premier lieu, celles portants sur le support adapté à une telle discussion. Pour le moment celle-ci se fait par l´intermédiaire des blogs des principaux acteurs et se révèle dès lors incroyablement dure à suivre et plutôt désorganisée. Malgrès les résumés réguliers updatés sur le wiki du Polymath Project, il est difficile (voire impossible) de rejoindre la conversation en cours et d´identifier les problèmes auxquels s´attaquer. Une solution pourrait être d´adopter une structure similaire à celle utilisée pour le développement des logiciels open source à savoir un système de rapport d´erreurs et de propositions [3]. Chaque nouvel entrant pourrait alors trouver un sous-problème à resoudre correspondant à ses talents.

Un autre problème largement abordé fut celui de la paternité :

What credit should be given to contributors with just a single insightful contribution, or to a contributor who is prolific but not insightful ? [3]

Mais tout d´abord, comment déterminer la valeur d´une contribution ? Le système de ranking actuel et de publication semble clairement bien mal adapté à une telle organisation.  La meilleure solution est peut-être tout simplement de renoncer à ce système :

I’ve resigned to using Steve Ballmer’s software analogy: You shouldn’t have a computer (PC) and a typewriter both in simultaneous use. Either you are using the digital writer, or the oldschool typewriter, but not both. There needs to be a commitment to go entirely one way or the other; in this case, to e-print. Coming from industry, when I read you academics’ assessments, I’m seeing that you people are having a difficult time pulling away from the old ‘publish-or-perish’ mindset; the same one that says that your name must be published in some hardcopy manual/journal somewhere, or else you don’t matter. I had thought that the arXiv had removed that sense of self-depreciation (G. Perelman still hasn’t bothered to print out his Poincare solution or submit it to one of the acclaimed journals you hold in such high esteem), but I guess not. – Link Starbureiy [2]

En attendant, une solution privilégiant la transparance a été adoptée : chaque publication est signée “DHJ Polymath” et inclue un lien vers la discussion menant à la solution. Il est ainsi possible en parcourant la conversation de savoir qui a contribué à quoi (bien qu´il soit peu probable que quelqu´un le fasse)…

Au delà, on a vu émerger des discussions portants sur la fiabilité des disques durs et le problème liens corrompus… Ma réponse préférée à ces interogations est sans aucun doute celle-ci :

Just let the experiments go and don’t worry about “who gets there name on the paper”, “looking stupid”, “viable ideas falling through the cracks”, crackpots, broken links, HDD crashes, etc… The actual participants of polymath1 are at no risk it seems and the Internet is a well known mess yet it works […] – Kevembuangga [2]

Notes

  1. A gentle introduction to the Polymath project – Jason Dyer
  2. Is massively collaborative mathematics possible ? – Timothy Gowers
  3. Massively collaborative mathematics – Timothy Gowers, Michael Nielson
  4. A propos de la collaboration réelle : The Polymath Project : scope of the participation – Michael Nielson
Michael Nielson

Le jeu de la vie fait le clown

Posted in Computing, Simulation by ths1104 on 10/02/2010

Une fois de plus, mes lectures me ramènent au fameux jeu de la vie de Conway. Petit rappel des règles pour ceux qui ont moins de 21,5% de geek attitude :

  1. Une cellule est soit vivante (cellule noire) soit morte (cellule blanche).
  2. Si une cellule a strictement moins de deux voisine vivante, elle est morte à l’étape suivante.
  3. Si une cellule a exactement deux voisines vivantes, elle reste dans son état actuel à l’étape suivante.
  4. Si une cellule a exactement trois voisines vivantes, elle est vivante à l’étape suivante.
  5. Si une cellule a strictement plus de trois voisines vivantes, elle est morte à l’étape suivante.
  6. Le “jeu” consiste donc à choisir une configuration de départ et à regarder ce qui se passe ensuite.

Voici un applet java qui permet de jouer en ligne (régler la vitesse à 5 frames par secondes).

Un bon point de départ peut être par exemple de chercher une configuration de départ à 7 cellules qui se stabilise après plus de 50 étapes (le record détenu par Diehard est 130). Au cours de ce petit problème vous verrez sûrement apparaître des structures stables/oscillantes, des vaisseaux capables de se déplacer, ou peut-être même de curieuses figures. Je vous laisse découvrir celle qui apparaît au 110ème cycle de développement de la configuration suivante…

Configuration initiale à 7 cellules

Accroche-toi au pinguin qu´y m´disait…

Posted in Linux by ths1104 on 07/02/2010

Fin octobre, j´ai installé Mandriva 2009.1 One avec le bureau KDE4 sans trop d´histoires sur une partition de mon disque dur. Mais finalement, je n´ai jamais vraiment utilisé Linux par la suite. A cela plusieurs raisons :

Galère...

  • La “révolution dans mon écran”, je l´ai tout simplement désactivée car trop gourmande en ressources.
  • J´ai mis longtemps à comprendre comment installer des programmes non inclus dans la liste du centre intégré de configuration du système.
  • Firefox prend beaucoup de ressources si plusieurs onglets sont ouverts et m´a forcé plusieurs fois à redémarrer. De plus, il ne reconnait pas les .JPG (majuscules) donc il me faut systématiquement renommer manuellement mes photos avant de pouvoir les uploader.
  • La communauté est bien présente mais c´est quand même assez embêtant de devoir laisser un message sur un forum à chaque fois que l´on veut vider sa corbeille

Bref, décidement pas encore à mettre entre toutes les mains… Mais je m´y suis remis et je m´accroche ! La preuve : trois heures que j´essaye d´installer gLife0.2.1 (trop vieux pour mon Mandriva 2009)…

%d bloggers like this: